Test de mathématiques…

Êtes-vous bon en mathématiques? Si oui, quelle est la réponse?

Math Quiz

3 façons de prendre des notes : 5 défauts majeurs

Vous êtes là, en train de vous préparer pour un examen….vous relisez vos notes et tentez de comprendre ce que vous avez écrit.  Vous essayez de vous souvenir des mots que le professeur a dit ET de les mettre en contexte dans le gribouillis de votre cahier de notes. ARRRGGGHHHH!!!!

Ça ne devrait pas se passer comme ça.  Il y a une meilleure façon de prendre des notes qui vous aidera à comprendre, à vous en souvenir et à retenir l‘information, en particulier lors d’un moment critique comme votre prochain examen!

Saviez-vous qu’il y avait 3 styles traditionnels pour prendre des notes?

  1. La phrase narrative – c’est une façon d’écrire mot pour mot ce que vous entendez.   Écrire ce que vous entendez ligne après ligne aussi rapidement que possible – en fait, vous faites quasiment de la steno – axée sur la saisie des mots sur papier.
  2. La liste – ce qui signifie écrire les informations sous forme de liste numérotée ou avec « bullets», , comme celle que je fais présentement pour les 3 styles traditionnels.
  3. Exposer les grandes lignes – Prendre des notes dans un ordre hiérarchique en utilisant des catégories principales et les sous-catégories.

Dans une structure comme celle-ci :

Saviez-vous que ces 3 types de prises de notes comportent 5 défauts majeurs?

  1. Le manque de repères visuels. Comme vous pouvez le voir dans les styles traditionnels ci-haut, les symboles et le texte sont sous forme linéaire et il n’y a aucun repère visuel, donc aucun modèles, aucune images ou des outils de visualisation. Il s’agit d’une faille critique parce que l’esprit pense en images visuelles et en photos et a besoin de ces éléments pour permettre à la mémoire sélective de se souvenir de l’information le temps venu, i.e. lors de votre prochain examen.
  2. Ennuyant!  Les styles traditionnels de prises de notes sont monotones, ce qui signifie que votre cerveau s’ennuie et reste au neutre! Les notes traditionnelles ont toutes la même apparence, cachent les mots-clés et les titres.  Votre cerveau trouve ça extrêmement difficile de se rappeler ce qui est important de ce qui ne l’est pas.  C’est  pourquoi votre mémoire devient embrouillée et confuse.  La mémoire sait qu’elle détient l’information quelque part mais c’est un peu comme des piles de papier éparpillées sur votre bureau.  Elle ne sait pas où elle est et à quel sujet la relier.
  3. Ça prend beaucoup de temps. Prendre des notes de manière traditionnelle est un gaspillage monumental de temps – si on compare à une alternative plus efficace. Parce qu’elles sont ennuyantes et qu’elles manquent de repères visuels, les notes de cours, prises à « l’ancienne », vous incitent à écrire inutilement. En écrivant plus, votre cerveau doit filtrer des choses qui ne sont pas vraiment nécessaires pour trouver les choses importantes qui seront dans votre examen. Pour améliorer votre mémoire, vous devez lire et relire vos notes plusieurs fois en espérant retenir l’essentiel. Conséquemment, ça devient de plus en plus difficile de faire ressortir ce qui est vraiment important.
  4. Le manque de stimulation créative. La prise de notes traditionnelle ne parvient pas à stimuler le cerveau de façon créative, car elle fait appel principalement à l’hémisphère gauche (logique) pour le rappel de l’information. C’est pourquoi c’est si difficile.  Ne pas être en mesure de permettre aux associations et aux liens de se faire entre les mots clés et les points implique que le cerveau droit créatif reste inactif.
  5. Faux sentiment d’accomplissement. De par sa nature linéaire, la prise de notes traditionnelle vous donne le sentiment de ne pas avoir atteint votre objectif.  L’ensemble vous paraît complet même s’il n’y a pas de liens conceptuels et relationnels entre les points importants.

Comment réagissez-vous maintenant  par rapport à votre façon de prendre des notes ?

Prendre des notes de manière traditionnelle, c’est un peu comme NE PAS prendre de notes..

Il existe une alternative pour surmonter ces problèmes et ses limites – ça s’appelle le Mind Mapping.

Parce que le MindMapping imite le schéma de pensée du cerveau, il utilise la pensée radiale et les motifs visuels en utilisant des couleurs, des lignes, des dessins et des liens relationnels.  En donnant à votre cerveau de nombreux symboles visuels, vous aurez plus de facilité à vous en rappeler quand vous en aurez besoin – et votre prochain test ou examen sera donc facile.

Les MindMaps sont habituellement colorés avec des éléments clés, ces idées et des concepts qui ressortent et qui permettent à votre cerveau de chercher rapidement et efficacement et TROUVER l’information dont vous avez  selon la nature du contexte.

Créer des liens est naturel pour la fonction de stockage du cerveau. Un des avantages du MindMapping, est que ça prend moins de temps et moins de place sur une feuille que de prendre des notes de manière traditionnelle  Habituellement, vous pouvez adapter plusieurs pages ou plusieurs chapitres sur un seul MindMap. Cela vous donne un accès rapide et une vue d’ensemble contrairement à la prise de notes traditionnelle.

Le MindMapping est vraiment à l’opposé de la prise de notes traditionnelles. Au lieu de travailler contre le cerveau, le MindMapping travaille de concert avec le cerveau, vous permettant d’augmenter votre mémoire, la rétention et la compréhension pour vous donner confiance lors des tests et des examens.

Retenez ceci: beaucoup de gens d’affaires admettent utiliser des MindMaps dans l’exercice de leurs fonctions.  Le MindMapping représente pour eux un outil concurrentiel dans leurs activités. Si ça marche pour eux, c’est qu’il y a quelque chose de bon là-dedans!

CLIQUEZ ICI -> Pour metre la main sur le programme “How To MindMap To Get Better Grades Video Program”.

Prendre des notes, c’est tellement 20e siècle !

Depuis qu’on a découvert le MindMapping, disons que prendre des notes de manière traditionnelle, ça fait tellement 20e siècle .   Même si cette technique de prise de notes existe depuis quelques décennies, seuls quelques utilisateurs chevronnés s’en servent pour devenir de  « supers apprentis ».

Quand on demande pourquoi, la première raison évoquée est que les personnes pensent qu’elles doivent avoir un talent artistique.

Fausse perception et c’est l’obstacle no 1 à l’utilisation efficace du MindMapping – i.e. penser que vous devez créer une œuvre d’art.

Tout ce que vous devez faire, c’est créer des repères visuels afin que votre cerveau capture le lien entre les éléments du MindMap.  Plus il est vivant et coloré, mieux c’est – MAIS le talent artistique n’a rien à voir avec votre habileté à comprendre la matière et la retenir pour votre prochain test ou examen.

Par exemple, au MINIMUM, si tout ce que vous faites est d’aller dans vos notes (dans votre cahier ligné) pour surligner, souligner et ou encercler les éléments importants dont vous voulez vous rappeler, je vous garantis que vous vous en souviendrez.

C’est un point de départ.  Eventuellement, vous voulez vous débarrasser des notes linéaires pour plutôt faire du MindMapping sur une feuille de papier blanc.

Regardez bien ces exemples de prises de notes pour voir comment vous pourriez vous aussi débuter.

Et puis y’a rien comme le voir pour le croire.

Visionnez ce court extrait sur YouTube pour comprendre ce que je vous dis.

Trouve l’errreur!

Allez… Trouve l’errreur!

Francais Find The Error

Le MindMapping (carte mentale) pour augmenter vos notes scolaires

Si vous êtes un lecteur assidu de ce blogue, vous savez pertinemment que je suis un grand fan du MindMapping.

Quand j’étais étudiant, j’utilisais beaucoup cette technique pour collecter et rassembler toutes mes notes de cours avant mes tests et mes examens.

Maintenant que je suis en affaires, je continue toujours de l’utiliser pour ma planification stratégique et comme outil visuel pour rencontrer mes objectifs personnels.

J’ai fait équipe avec un artiste fabuleux – Paul Telling – pour créer le programme “How to MindMap to get Better Grades”.  Si vous êtes à l’aise en anglais, vous pourrez en apprendre plus en cliquant sur l’hyperlien.

Si le fait de dessiner à la main vous effraie, vous pouvez utiliser le logiciel Digital Mindmapping, qui le fera pour vous – fonctionne sur Mac et PC.

Croyez-le ou non, le logiciel Digital MindMaping peut vous aider à écrire des essais et des travaux de fin de session plus rapidement que jamais en vous aidant à synthétiser plus de données, de notes et d’information en un seul endroit.  Avec une vue d’ensemble de tout ce que vous voulez dire dans votre travail, vous pourrez vous mettre à l’écriture en faisant seulement quelques changements.

Après tout, le temps est précieux quand on est étudiant – il y a tant d’échéance et jamais assez de temps !

C’est un outil d’étude dont vous ne pouvez vous passez si votre but est d’en faire plus en moins de temps.

Prendre un risque versus “Take a chance”

Cyrille de Lasteyrie, aussi connu sous le nom de Vinvin, nous exhorte a faire fi du risque et à “prendre notre chance” en se basant sur sa propre expérience de vie.

Cyrille De Lasteyrie - Take A Chance

Auteur et producteur, Cyrille de Lasteyrie aime changer de vie et prendre des risques depuis toujours. Après une formation en Histoire et en Marketing, un service militaire en Polynésie et un début de carrière dans la publicité, il se lance dans l’audiovisuel. D’abord en Californie, puis à Paris où il crée avec sa société de production, StoryCircus, les émissions « Le Grand Webze » et « Le Vinvinteur » diffusées sur France 5. En 2013 il écrit et interprète un seul-en-scène dirigé par Michèle Laroque. Sa devise : « il n’y a pas d’âge ni de limite pour devenir qui l’on est. »

Un gros merci! à Andrew Powell pour cette source d’inspiration.

Imposture ou idée de génie? A vous d’en juger.

Je reçois régulièrement beaucoup de courriels de partout à travers le monde. Je n’avais jamais entendu parler de cette technique pour réduire le stress chez les étudiants qui sont constamment stressé d’obtenir de meilleures notes. Je n’ai aucune idée si ça fonctionne.

Mais bon, puisque ça ne fait pas mal, si vous vous sentez stressé par l’école ou les examens à venir, je vous inviterais à l’essayer et me dire si ça marche pour vous.

On ne sait jamais d’où nous viendra la prochaine découverte. Pour ma part, puisque je ne suis pas stressé, ce ne serait pas objectif de le tester.

Par contre, ce serait idéal si vous êtes soumis à un stress sévère ou souffrez d’anxiété à propos des tests et des examens. Selon la description, il faut du temps avant que ça fonctionne, alors commencez dès maintenant et voyez si la technique peut prévenir une prochaine attaque d’anxiété.

Essayez-la et laissez-moi savoir en déposant un commentaire ci-dessous!

Devoirs – Trucs pour les parents

Après de longues heures à l’école, rien de plus naturel que d’avoir envie de rester dehors pour profiter du soleil. La tentation de délaisser les devoirs et les leçons est forte. Comment motiver nos enfants et nos adolescents à ne pas lâcher ?

Les plus jeunes étudiant(e)s

Une routine bien établie contribue à éviter la bataille, souligne Marc-Antoine Tanguay, porte-parole d’Allô Prof. L’enfant sait que c’est le moment de s’y mettre et qu’il n’y échappera pas.

Toutefois, rien n’oblige à faire les devoirs et les leçons assis à la table de la cuisine, ajoute Marielle Potvin, orthopédagogue. On peut les faire debout, s’installer sur la terrasse, lire au parc ou pratiquer la dictée avec des craies sur l’asphalte. « Les enseignants aussi utilisent beaucoup le jeu pour encourager leurs élèves, remarque Marc-Antoine Tanguay. On peut faire les leçons en chanson ou réaliser des exercices sur l’ordinateur. »

Votre enfant a besoin de bouger ? Laissez-le se défouler dehors avant de commencer les devoirs si l’horaire familial le permet. D’ailleurs, une pause entre la fin des classes et la période des devoirs est recommandée. Cependant, même s’il fait clair de plus en plus tard, un enfant du primaire devrait se mettre à la tâche avant 19 h. « Sinon, il sera trop fatigué et ce ne sera pas efficace », prévient Marielle Potvin.

Les étudiant(e)s adolescent(e)s

Quant aux adolescents, ils sont plus autonomes, mais les parents devraient continuer de s’intéresser à ce qu’ils font. Cela démontre l’importance qu’on accorde aux études.

À cet âge, on ne parvient plus à les motiver avec des jeux. « Pour l’adolescent, l’important est d’avoir du pouvoir, alors on doit lui laisser l’impression qu’il en a, estime Marielle Potvin. On peut le laisser décider de ce qu’il veut faire en premier et du moment où il souhaite le faire. » À condition que ça se trouve entre 15 h et 20 h, en semaine, pour éviter qu’il soit trop fatigué pour bien travailler ! Imposer une durée précise, 60 minutes par exemple, pousse aussi le jeune à s’appliquer plutôt que de se dépêcher pour terminer.

Une petite discussion peut aussi être utile. « Il faut leur faire comprendre que leurs études sont importantes s’ils veulent pouvoir choisir leur carrière plus tard », note Marc-Antoine Tanguay.

Oups ! Il n’a pas fait son devoir !

« À partir de la 4e année, le rôle du parent est de superviser, indique Marielle Potvin. Les devoirs et les leçons sont la responsabilité de l’enfant. S’il choisit de bâcler son travail, il doit en subir les conséquences à l’école, tout simplement. »

Quelques ressources

Allô Prof : www.alloprof.qc.ca

Les devoirs et les leçons, par Marie-Claude Béliveau, éditions du CHU Sainte-Justine (pour les parents)

Max et Lili ne font pas leurs devoirs, par Dominique Saint-Mars, éditions Calligram (7 ans et plus)

Réussir, ça s’apprend ! : trucs et conseils d’un étudiant qui réussit, par Étienne Lapointe, Septembre éditeur (12 ans et plus)

Nouveau Clavier?

Est-ce un pas en avant ou en arrière?
Clavier

Programmation Informatique Pour Les Jeunes – Gratuit!

Kids Code Jeunesse est une organisation à but non-lucratif canadienne et bilingue dont la mission est d’assurer que chaque enfant au Canada ait l’opportunité d’apprendre la programmation informatique. En partenariat avec les écoles, ils travaillent avec des bénévoles qualifiés pour enseigner la programmation informatique aux élèves et aux professeurs au sein de l’école.

Quelle excellente idée!

Petit truc pour augmenteur votre lecture

Donnez-vous une récompense pour chaque paragraphe que vous lisez!
Lecture - Motivation

La langue française tout un défi!

Pour les férus de la langue française, un petit bijou que vous ne connaissiez peut-être pas.

Le plus long mot palindrome de la langue française est « ressasser ».  C’est-à-dire qu’il se lit dans les deux sens.

« Institutionnalisation » est le plus long lipogramme en « e ».  C’est-à-dire qu’il ne comporte aucun « e ».

L’anagramme de « guérison » est « soigneur »  C’est-à-dire que le mot comprend les mêmes lettres.
« Endolori » est l’anagramme de son antonyme « indolore », ce qui est paradoxal.

« Squelette » est le seul mot masculin qui se finit en « ette ».

« Où » est le seul mot contenant un « u » avec un accent grave.  Il a aussi une touche de clavier à lui tout seul !

Le mot « simple » ne rime avec aucun autre mot. Tout comme « triomphe », « quatorze », « quinze », « pauvre », « meurtre , « monstre », « belge », « goinfre » ou « larve ».

« Délice », « amour » et « orgue » ont la particularité d’être de genre masculin et deviennent féminin à la forme plurielle. Toutefois, peu sont ceux qui acceptent l’amour au pluriel. C’est ainsi!

« Oiseaux » est, avec 7 lettres, le plus long mot dont on ne prononce aucune des lettres : [o], [i], [s], [e], [a], [u], [x] . « Oiseau » est aussi le plus petit mot de langue française contenant toutes les voyelles. Eh oui !

L’initiation des enfants à la lecture est un facteur de réussite scolaire

 

Certaines activités familiales pratiquées auprès des enfants en bas âge jouent un rôle dans leurs habitudes de lecture et ont une influence sur leur réussite scolaire.

L’initiation à la lecture chez les enfants âgés entre 2 ans et 6 ans influence grandement le développement et la préparation scolaire. C’est ce qui ressort d’une analyse du professeur émérite à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), Gilles Pronovost.

Ces habitudes de lecture et d’initiation à la lecture semblent aussi avoir une influence sur la préparation scolaire. L’étude montre que le taux de réussite aux épreuves ministérielles de lecture en 6e année est de 82 pour cent chez les enfants qui étaient bien préparés à l’école. Ce taux chute à 63 pour cent pour ceux déjà considérés vulnérables à la maternelle.

Les enfants dont la mère est une lectrice régulière sont aussi plus nombreux à lire par plaisir lorsqu’ils sont plus âgés. Parmi les enfants âgés de 8 ans, 52 pour cent des filles contre 33 pour cent des garçons lisent par plaisir.

Le degré d’accompagnement parental à la lecture est un des facteurs associés à cette différence. Les filles sont généralement plus nombreuses, entre 4 et 6 ans, à se faire raconter des histoires par leurs parents sur une base quotidienne.

L’observation s’applique aussi pour les épreuves d’écriture en 6e année, avec un des résultats de 90 pour les enfants bien préparés à l’école contre 73 pour cent pour ceux qui étaient vulnérables en maternelle.

D’autres facteurs socioéconomiques jouent aussi un rôle. Les enfants dont les parents sont sans emploi, avec des mères peu scolarisées et issus de milieux à faibles revenus, sont aussi plus fragilisés.

En revanche, si un enfant bénéficie d’un soutien important de la part de la famille ou de l’entourage, ses chances de réussir à l’école peuvent être aussi bonnes que d’autres enfanfs, même si leur état de santé en bas âge n’est pas optimal ou si la mère a vécu une période de dépression.

L’étude a été menée auprès d’un échantillon d’enfants nés au Québec en 1997 et en 1998 avec des statistiques sur le développement des enfants du Québec colligées par l’Institut de la statistique du Québec.

Référence: http://www.lapresse.ca/la-tribune/actualites/201307/03/01-4667354-linitiation-des-enfants-a-la-lecture-est-un-facteur-de-reussite-scolaire.php

 

Tweet de Barak Obama

“Si vous croyez que l’éducation coûte cher, attendez de voir combien l’ignorance coûtera au 21ième siècle.”

Barak Obama Tweet on Cost Of Education

Bande dessinée: Étudiant

Cartoon, Bande Dessinée, Comiques

Technologie révolutionnaire pour les étudiant(e)s

Question de vie ou de mort : L’EUTHANASIE

iPad Addiction, Kids Addicted to iPadHier soir, mon ado est revenu de l’école et en discutant de choses et d’autres, nous en sommes venus à parler d’euthanasie. Le sujet est délicat, celui du choix entre la vie et la mort. Je suis quand même heureux qu’il soit éveillé à ces choses-là. Ils en avaient parlé à l’école avec des copains et il m’annonce d’un ton très ferme: “Ne me laissez jamais vivre dans un état végétatif, dépendant d’une machine et alimenté par le liquide d’une bouteille. Si vous me voyez dans cet état, débranchez les appareils qui me relient à la vie.”
Je me suis levée, j’ai débranché son iPod, j’ai éteint son ordinateur et sa Playstation et j’ai jeté sa canette de Red Bull.

Voilà, c’est fait.

Les éphémérides d’Alcide

Voici un site interessant -Les éphémérides d’Alcide.

Sélectionnez une date et vous retrouverez plusieurs événements qui se sont passés au fil des ans a cette date.

Comment rédiger une thèse ou un travail de fin de session

Le blogue du jour est basé sur un commentaire très pertinent adressé par Renee…

Je le trouvais suffisamment intéressant et pertinent pour y ajouter des informations et des trucs supplémentaires et de les partager avec vous lorsque viendra le temps pour vous de rédiger votre thèse ou votre travail de fin de session.

Les commentaires de Renée sont en italique…

Votre conseil pour rédiger une thèse est brillant.   Vous trouvez un élément d’information que vous savez important pour votre rédaction même si vous n’avez pas encore formulé toute votre démarche et votre approche du sujet. Vous savez que vous devrez ultérieurement introduire cet élément important, l’expliquer et lui donner sa pertinence face à votre sujet, ce qui pour moi est une portion du travail que je déteste faire quand je suis sur une lancée d’écriture.  C’est comme un arrêt forcé qui met un frein à mon catharsis et à ma motivation.

L’angoisse de la feuille blanche est le défi le plus difficile à surmonter – en saisissant ces anecdotes, statistiques, faits ou références – ça crée QUELQUE CHOSE sur la page que vous pouvez facilement modifier et embellir.  Une page blanche est si angoissante !

Je m’arrête seulement à la fin de chaque section, pour me récompenser, et j’en profite pour penser à comment je vais débuter la prochaine section, ou bien je m’arrête en pleine écriture de quelque chose que j’aime, parce que je continue à composer dans ma tête pour ne pas perdre le fil de mon idée puis je reviens rapidement mettre ça sur papier (ou plutôt à l’ordinateur, disons que cette expression est devenue désuète).

Si je devais arrêter d’écrire en pleine introduction d’un sujet ou en pleine écriture d’un élément de référence, je voudrais éviter d’arrêter et quitter le processus avec un sentiment négatif parce que chaque fois que je reviendrais à l’écriture, je sais que je serais confronté à ce point de départ négatif et à un comportement d’abandon.

Ce problème est commun – ce que je vous suggère vous en débarassera – spécialement si vous lisez la prochaine suggestion ci-dessous sur l’utilisation des “NOTES DE BAS DE PAGE” et “NOTES DE FIN DE DOCUMENT”

J’irais même jusqu’à vous suggérer d’aller à une étape plus loin et de numéroter ces paragraphes de référence déjà écrits, de les sauvegarder dans un fichier séparé et de les imprimer. Gardez-les à côté de vous lorsque vous écrivez et mettez juste le # dans l’endroit où vous voulez qu’il se retrouve lorsque vous êtes dans le processus d’écriture. A la fin d’une section ou à la fin de votre documents, ouvrez les deux fichiers et copier, coller le paragraphe de référence dans sa place numérotée, puis peaufiner toute l’information nécessaire pour qu’elle soit en lien avec le style de votre écriture.

Microsoft Word vous permet de numéroter automatiquement vos références.  Ça veut dire que quand vous déplacer vos références dans votre document, tous les chiffres sont renumérotés automatiquement!  Ça vous évite de constamment faire des mises à jour! Vous pouvez utiliser un écran divisé en 2 pour avoir les notes bas de page/fin de document pour vous inspirer et pour un accès rapide!  Utilisez le menu Aide dans Word pour plus de détails.

Quand j’ai rédigé ma thèse de doctorat – j’avais des centaines de références – il m’aurait été impossible de les gérer manuellement.

Oh! J’aurais aimé penser à ça quand j’étais au collège. C’est certain que ça n’aurait pas fonctionné parce qu’il n’y avait pas d’ordinateur à l’époque. Tout se faisais manuellement, même pas de dactylo électrique.  Je me rappelle que j’utilisais des cartons d’index à peu près de la même manière. Je jetais souvent un coup d’oeil au carton du dessus pour me rappeler où j’étais rendu et pour introduire ma pensée à cette référence et aussi pour me rappeler de ne pas oublier d’insérer la référence dans mon document. Une fois rédigé, je retournais mon carton de référence et le suivant apparaissait clairement visible sur le dessus. Peut-être que si vous imprimez les références, les découpez et les triez de cette manière, les numérotez à ce moment-là, et que vous les empilez à proximité, ça pourrait vous éviter de les chercher à travers les pages de texte de références, surtout quand vous êtes en “mode” écriture.

Est-ce qu’un manque de diplôme met un frein à l’avancement dans votre carrière?

Alors, peut-être avez-vous besoin d’obtenir un diplôme, un certificat, une accréditation…

Sérieusement, il arrive qu’un simple morceau de papier puisse faire toute la différence.  Dans l’industrie alimentaire, un cours sur l’hygiène alimentaire ou une formation en salubrité des aliments peut vous ouvrir des portes.  Dans le milieu professionnel, une formation continue en développement professionnel est une façon populaire pour les ingénieurs, dentistes, comptables, avocats, de rester à jour et d’avancer dans leur carrière.

Il n’y a rien de pire que de ne pas détenir un élément essentiel pour pratiquer la profession dont on a toujours rêvé.  Cela dit, même si vous travaillez dans votre domaine, il se peut que vous plafonniez ou qu’on vous écarte de la voie rapide de votre carrière juste parce qu’il vous manque un diplôme ou certificat nécessaire à votre avancement.

Il fut un temps où le MBA était un ticket pour le succès en affaires – maintenant avec les spécialisations, il y a une multitude d’options qu’une personne carriériste sérieuse peut évaluer et analyser.

Bien entendu, ce n’est pas tout le monde qui peut détenir plusieurs diplômes universitaires, comme dans mon cas, dans des disciplines variées comme l’ingénierie, le droit, les affaires, la gouvernance et le ecommerce.  Là n’est pas la question.

La question pour vous est de trouver le morceau manquant du casse-tête, qui vous permettra d’obtenir l’emploi, le poste ou le rôle tant convoité.  Peut-être est-ce le bureau en coin avec une vue fabuleuse ou un poste à l’international qui vous permet de voyager dans le monde ou encore un rôle qui permet d’aider votre communauté localement.

Jetez un coup d’œil sur les sites comme studyfinder.com.au, ça pourrait vous aider.




Buy Now